Qu’est-ce que l’assurance vie en Suisse ou le troisième pilier?

L’horloge de la vie tourne sans cesse, et avec elle, l’importance de se préparer sereinement aux jours où le travail ne sera plus au cœur de nos préoccupations. La Suisse, pays reconnu pour son chocolat et ses montres de précision, est aussi célèbre pour son système de prévoyance bien huilé. Mais qu’est-ce que l’assurance vie suisse ou ce fameux troisième pilier souvent évoqué ? Décryptons ensemble ce mécanisme clé de l’épargne en Suisse.

Le b.a.-ba de la prévoyance en suisse

En Suisse, la prévoyance est un édifice à trois étages. Les deux premiers, obligatoires, sont constitués de l’assurance-vieillesse et survivants (AVS) ainsi que de l’assurance invalidité (AI), qui forment le premier pilier, et de la prévoyance professionnelle, le second pilier. Cependant, c’est le troisième pilier, ou l’épargne personnelle, qui offre une flexibilité particulière et un attrait certain pour les résidents suisses.

L’idée derrière ce troisième étage est simple : vous proposer la liberté de compléter votre revenu de retraite ou de vous prémunir contre les aléas de la vie, telles l’invalidité ou le décès. C’est une brique de votre sécurité financière future que vous posez pierre par pierre, avec la possibilité de choisir parmi une vaste gamme de produits d’assurance ou d’épargne.

Pour en savoir plus sur le troisième pilier de l’assurance vie en Suisse, consultez cet article détaillé sur ce site : https://www.economiematin.fr/news-suisse-troisieme-pilier-assurance-vie.

Une protection financière dans la tourmente

Anticiper les coups durs, c’est l’une des vocations du troisième pilier. Imaginez : en cas de revers de fortune comme une incapacité de gain ou un décès, ce système peut vous garantir, ou garantir à vos héritiers, une somme conséquente, peu importe le montant déjà versé dans le contrat. Cette manne financière pourra servir à solder des dettes ou à maintenir un niveau de vie convenable.

Le troisième pilier peut prendre la forme d’une assurance vie combinée épargne et décès/invalidité. Concrètement, si vous êtes encore de ce monde à l’échéance du contrat, l’assureur vous reversera la totalité du capital épargné ainsi que les fruits financiers de votre placement. Et si l’on parle de risque, sachez que la couverture proposée vous met à l’abri financièrement, même si l’espérance de vie vous joue des tours.

Les assureurs rivalisent d’ingéniosité pour proposer des contrats alléchants, veillant à ce que vous ne cotisiez jamais à fonds perdus et que votre argent, si durement gagné, vous revienne, augmenté de ses intérêts.

About the author